A partir de la rentrée de septembre, le club est ouvert à tous les mardis soir pour les adultes, les mercredis après midi pour les vétérans et les jeunes et les samedis matins pour les jeunes. Attention ! notre nouvelle adresse : 67, rue Léon Fournier, à Blois-Villejoint( dans l'ancienne école qui fait l'angle )

Top ten ladies

Derniers articles

  • Rapides de St Aignan 2017

    8 joueurs de Blois ont fait le déplacement a St Aignan  en ce dimanche 15 octobre pour ce traditionnel rapide rebaptisé  helas «  Rapide Patrice Morelle«  en hommage a ce sympathique joueur disparu...

  • Nationale 4 : c’ est parti !

    Et ca commence plutôt bien pour l’ equipe 1 qui a battu La Membrole 2 : 3-1, ce dimanche 8 octobre, a domicile.   Reportage a suivre dans notre rubrique permanente. L’ equipe 2 en déplacement a...

Se connecter

Les champions du 41

 

2011 : Rodolphe Prévot  AAJB

2012 : Patrick Gobé       St-Laurent

2013 : Cyrille Gauthier   AAJB

2014 : Tony Crosnier    Montoire

2015 : Grégory Mignard   Romo.

2016 : Rodolphe Prévot    AAJB

2017 : Didier Nicolas      AAJB

Depuis le 15 mai 2015

Top ten mondial

                              L'actualité, c'est ici :   

 

 

 

 

Les livres qu'on aime.

 

 

 

Prix : 29 € 

LES LEÇONS D'ÉCHECS DE JUDIT POLGÁR, TOME 1
Judit Polgár - Comment j'ai battu le record de Fischer

Descriptif
Elevée pour devenir une championne, Judit Polgár n'a pas failli à la tâche : elle est devenue la meilleure joueuse d'échecs de tous les temps. Dans ce livre fascinant elle vous invite à découvrir ce que furent ses années d'apprentissage, de ses débuts jusqu'à ce qu'elle obtienne le titre de grand maître, à l'âge de 15 ans.
Les parties les plus importantes ou les plus marquantes de cette période sont rassemblées dans deux chapitres qui illustrent la lutte échiquéenne dans toutes ses dimensions, mais, plutôt que de s'en tenir à une approche chronologique, elle a choisi de faire en sorte que ce livre soit le plus instructif possible.
L'enthousiasme avec lequel Judit Polgár relate ses jeunes années est communicatif, et ce livre est une formidable source d'inspiration pour tous les joueurs d'échecs !

Caractéristiques
Langue : Français
Présentation : Cartonné - 850 g - 24,6 x 17,6 cm - 432 pages
ISBN : 978-2-916340-89-0

Livraison
Expédié 1 à 2 jours

Télécharger des extraits (pdf)
1 - Sommaire
2 - Préface
3 - Extrait 1
4 - Extrait 2
5 - Extrait 3
6 - Extrait 4
7 - Extrait 5
8 - Extrait 6

 

 

Les Structures de Pions aux Echecs"...

 

...par le Grand-Maître chilien Mauricio Flores Rios, est disponible aux éditions "Le Pion Passé" !

encart

Animated Gif (87) Télécharger le catalogue des Editions "Le Pion Passé"

Animated Gif (87) Et le catalogue club de Tout pour les Echecs (page Facebook)

 

 

 

 

Permalien de l'image intégrée

Le manuel d'échecs des erreurs évitables -
 
Tome 2 par Romain Edouard
Romain Édouard n'est pas seulement l'un des joueurs français les plus talentueux. Grand-Maître, membre de l'équipe de France, Romain est aussi l'auteur du Manuel d'échecs des erreurs évitables. Comme aux échecs les erreurs sont un puits sans fond, le 2e tome vient d'être publié aux éditions Thinkers Publishing.
Souvenez-vous, Johannes Zukertort disait : "Les échecs, c'est la lutte contre l'erreur". Ces deux livres sont une bonne façon de commencer cette lutte. Romain Édouard nous explique pourquoi.
Peux-tu présenter ton livre ?
Romain Edouard : Il s'agit d'un complément à mon premier livre, le Manuel d'Echecs des Erreurs Evitables, qui pour l'instant n'est publié qu'en langue anglaise. Le premier est un recueil de parties avec beaucoup de texte explicatif. Le second est un livre d'exercices d'ordre pratique, pour la grande majorité extraits de parties très récentes. Les parties textuelles sont rédigées en anglais et en français. Les exercices sont triés en six différentes catégories : "Trouvez le coup gagnant !", "Défendez-vous !", "Jouez tout de suite !", "Choix difficiles", "Evaluez une possibilité" et "Trouvez l'opportunité manquée".
A qui s'adresse ton livre ?
Le premier livre convient à tous les niveaux sauf celui de vraiment débutant. Le second est plus complexe puisque c'est au lecteur de trouver les solutions. Un joueur à moins de 2000 aura des difficultés pour une majorité d'exercices. Le cas échéant, il pourra néanmoins prendre du plaisir à décortiquer de jolis exemples puis découvrir les solutions. Le travail de recherche est instructif, la solution l'est également, c'est d'ailleurs ce qui m'a plu lorsque j'ai rédigé ce livre. Mais évidemment un joueur motivé pour progresser prêt à passer du temps sur chaque exercice retirera davantage du livre.
Est-il nécessaire d'avoir lu le premier tome pour se plonger dans le 2e ?
Non ! En réalité le premier livre met en condition pour le second, également car il contient déjà quelques exercices particuliers comme en est rempli le nouveau. Mais les instructions écrites dans le second livre sont suffisamment claires.
Est-ce difficile de prendre du temps pour écrire un livre, sachant que tu es un joueur de haut niveau ?
Je prends énormément de plaisir à écrire. Outre mes livres, j'écris aussi pour Europe Echecs, ChessBase, et la Revue Suisse des Echecs. Evidemment cela prend du temps mais lorsqu'il s'agit de faire quelque chose qui plait, le temps est facile à trouver.
Penses-tu qu'écrire un livre fait progresser son auteur ?
Dans un sens oui car j'ai appris des choses sur moi-même en écrivant. J'ai aussi découvert beaucoup de parties intéressantes en recherchant du contenu pour mon second livre. D'un autre côté mon nombre d'erreur évitables a explosé depuis un an, j'ai du trop m'investir dans le sujet !
Tu es devenu éditeur en chef de la maison d'édition Thinkers Publishing, cela veut-il dire que tu mets fin à ta carrière de joueur ?
Pas du tout ! Mais en effet cela a représenté des sacrifices depuis un an. La maison d'édition est nouvelle et il y avait beaucoup de choses à mettre en place. Il est certain que cela a joué un rôle dans ma mauvaise période échiquéenne. Mais c'est un très beau projet et je n'ai aucun regret. Maintenant qu'un rythme de croisière est mis en place, je compte bien revenir à mon meilleur niveau. Mon seul tournoi complet des six prochains mois sera Gibraltar, et je consacrerai la majorité de mon temps libre à travailler mon jeu. J'ai d'ailleurs déjà commencé, puisque je viens de terminer une session d'entraînement avec un fort GMI.

 

La Tour Blanche : 70 ans d'histoire dans un livre   

05/01/2016

Pour fêter son 70e anniversaire, le club parisien La Tour blanche a eu la bonne idée de publier un livre retraçant son histoire. Intitulé "Des échecs et des hommes", l'ouvrage est un voyage dans le temps qui fait connaître toute la profondeur historique du club. Nous avons demandé à son Président, Laurent Gagnepain, de nous le présenter.

Pourquoi avoir édité ce livre ?

 

 

Pour savoir où l'on va, il est souvent utile de savoir d'où l'on vient. Nous savions que le club, créé en 1945, était l'un des plus anciens de la capitale et qu'il avait une riche histoire, mais les éléments tangibles et attestés manquaient. J'ai donc souhaité que nous nous lancions dans une vaste recherche historique afin d'objectiver notre histoire via des sources bibliographiques fiables (revues échiquéennes d'aprés-guerre, Europe Echecs, parutions diverses...), de découvrir de nouveaux éléments, de recueillir des témoignages d'anciens joueurs et de mettre en forme tout cela dans un bel ouvrage, documenté et agréable à lire. L'objectif est donc bien de transmettre la mémoire, mais pas seulement aux plus jeunes, car nous avons découvert des éléments que tout le monde ignorait, même les plus anciens ! Un autre objectif est de communiquer via cet ouvrage, notamment en direction de nos partenaires institutionnels.

 

Y a-t-il une histoire de la vie du club que vous préférez ?

Ce qui me plaît dans l'histoire de ce beau club qu'est la Tour Blanche est justement la grande richesse de son passé. Si je devais ne retenir qu'une histoire, ce serait probablement celle d'un joueur du club des années 60 prénommé Grigori Ritvas qui a eu une vie incroyable qu'il a écrite dans un livre : lituanien, plusieurs fois évadés des camps de la mort, parlant plus de 10 langues, ayant porté plusieurs uniformes pour survivre, il devint capitaine dans la résistance française et libéra le Puy le 18 juin 1944. Il était également très impressionnant lorsqu'il jouait aux échecs - voir le chapitre 2 de notre ouvrage !

Est-ce compliqué d'éditer un livre ? Quels conseils donneriez-vous à un club qui souhaiterait faire pareil ?

Un tel livre représente beaucoup de travail. Il faut avant toute chose une réelle volonté de faire un travail historique. Une fois la décision prise, il faut passer beaucoup de temps pour consulter ou acquérir les diverses sources d'informations, comme les revues échiquéennes des années 40, 50, 60 - mais aussi pour retrouver par exemple d'anciens joueurs qui ne sont plus au club, pour recueillir leurs témoignages. Il ne faut ensuite pas oublier la forme, car l'ouvrage doit être agréable à lire. Il faut donc un professionnel de la conception graphique, un correcteur, et enfin un budget pour l'impression des ouvrages!

Où peut-on acheter ou consulter votre livre ?

Le livre peut être commandé pour 10 euros port compris par chéque à l'ordre de la Tour Blanche, 38 rue des Amandiers, 75020 Paris.

Retour

 

 

 Le fonds Mennerat à Belfort : une collection de plus de 20000 ouvrages  et revues sur les échecs cédée à la ville par le collectionneur . le catalogue ici

https://youtu.be/u1vqmfCSdPo?list=PLOzqYLkWWj94KXOthgQcYNKzYnBuZ0W32

 

La vidéo de Stéphane Escaffre qui présente ce grand classique dans sa première traduction moderne.

 

 

 

Ls ouvertures les plus baroques - connaissez vous la variante "Gibbon" de la Grûnfeld ?  ou le gambit "Halloween" -sont là, dans un livre très sérieux de J. Watson, éminent spécialiste s'il en est. Regardez plutôt la table des matières ...

 

Les dernières années de Fischer par son meilleur ami islandais. A paraître en anglais l'année prochaîne :

 

 

 

 

Il se lève tous les jours en début d’après-midi et descend à pied déjeuner au centre-ville de Reykjavik. Il déteste qu’on le dérange pendant ses repas. Il déteste qu’on le dérange tout court. Depuis quelque temps, il a remarqué une présence derrière lui, une silhouette rouge qui le suit et ne semble pas vouloir le lâcher. Il n’en finira donc jamais d’être épié. On l’a pourchassé toute sa vie, on a constamment cherché à lui voler son intimité. Il n’a donc aucune raison d’être agréable. D’ailleurs, ses imprécations redoublent : les Juifs, les Américains, les Japonais, les Russes en prennent pour leur grade. Ses amis se font de plus en plus rares. Il sait qu’il n’en a plus pour longtemps, quelques semaines, quelques mois peut-être. Il joue là sa dernière partie et son sort, réglé d’avance, est désespéré. Pourtant il ne baisse pas les bras. Parce qu’il est Robert James Fischer. Bobby Fischer. Le plus grand joueur d’échecs de tous les temps. En retraçant les derniers jours du champion Bobby Fischer à Reykjavik, dévoilant un destin hors du commun, Pierre-Emmanuel Scherrer signe un roman où nous entrons de plain-pied dans l'intimité de ce personnage complexe et paranoïaque, à la fois citoyen américain et américanophobe, juif et antisémite, génial et puéril.

 

 

 

Pendant l'été 1972, Reykjavík est envahi par les touristes venus assister au championnat du monde d'échecs qui oppose l'Américain Fischer et le Russe Spassky. L'Américain se conduit comme un enfant capricieux et a de multiples exigences, le Russe est accueilli en triomphe par le parti communiste islandais, le tout sur fond de guerre froide. Au même moment un jeune homme sans histoire est poignardé dans une salle de cinéma, le magnétophone dont il ne se séparait jamais a disparu. L'atmosphère de la ville est tendue, électrique. Le commissaire Marion Briem est chargé de l'enquête au cours de laquelle certains éléments vont faire ressurgir son enfance marquée par la tuberculose, les séjours en sanatorium et la violence de certains traitements de cette maladie, endémique à l'époque dans tout le pays. L'affaire tourne au roman d'espionnage et Marion, personnage complexe et ambigu, futur mentor d'Erlendur, est bien décidé à trouver le sens du duel entre la vie et la mort qui se joue là. Un nouveau roman d'Indridason qu'il est difficile de lâcher tant l'ambiance, l'épaisseur des personnages, la qualité d'écriture et l'intrigue sont prenantes

 

 

 Le Philidor, version contemporaine. Le célèbre traité du grand Philidor n'avait pas été réédité depuis 120 ans environ, c'est chose faite en 2014  ! Et ci joint un lien de l'émission "diagonale TV " qui présente ce grand classique dans sa version contemporaine.

http://www.diagonaletv.com/2014/12/15/philidor-analyse-du-jeu-dechecs-1777-2014/

 

 

 
Cliquer pour agrandir
 
https://youtu.be/vF8JcOS3Pdw?list=PLblBYAG9k8WGfAq9LkHEU7TNQkdcJsKmL : une vidéo de présentation.

Chaque activité culturelle, chaque religion, chaque sport, tous possèdent un lieu de référence qui fait l’objet de pèlerinages. Pour le jeu d’échecs, c’est le nom du Café de la Régence, dans le quartier du Palais-Royal à Paris, qui fait autorité.
Le Temple des Échecs a vu passer tous les champions durant plus de deux siècles, écrivant des pages essentielles de l’histoire du jeu d’échecs. 
Mais au Palais-Royal, ce n’est pas seulement l’histoire du jeu d’échecs qui se fait. L’Histoire de France s’en mêle avec pour témoins les joueurs d’échecs du café de la Régence.

Jean-Olivier Leconte, Maître FIDE, retrace en détail l’histoire de ce lieu unique aujourd’hui disparu. 
Le 1er tome traite de la période allant de 1680 à 1852.

 

 

 

Petrossian eut été comblé de voir ce manuel entre les mains des amateurs . A dévorer sans modération pour oser lâcher les chevaux après avoir sacrifié les ...Tours !, entre autres sacrifices positionnels passés en revue dans ce livre.

 

 

The Basman-Sale Variation is a relatively unexplored weapon for Black in the very popular Sicilian Defence. Its advantages are clear: it is surprising, aggressive and easy to learn.

After the perfectly normal moves 1.e4 c5 2.Nf3 e6 3.d4 cxd4 4.Nxd4 Black lashes out with 4…Bc5! English IM Michael Basman and Croatian IM Srdjan Sale were the pioneers of this cunning opening system. 

Compared to the complexity of mainstream Sicilian variations it requires little theoretical preparation, while you don’t run excessive risks. That is why The Lazy Man’s Sicilian is ideal for club players who don’t have much time to study opening theory (or are not too fond of hard work anyway). 

This easily accessible and up-to-date book offers everything you need to get started with the Basman-Sale Variation. In well-organized chapters it describes the history and underlying ideas of the variation and explains the pawn structures, the strategies and the tactical themes. What’s more, if  you play the Basman-Sale system, there is plenty of room for your own creativity as well!

Ukrainian International Master Valeri Bronznik lives and works in Germany. He has written a number of highly acclaimed books, such as ‘Techniques of Positional Play’. Steve Giddins is a FIDE Master and a former editor of British Chess Magazine. He is the author of several outstanding books and is well known for his clarity and no-nonsense advice.

This an improved and fully updated translation of the original German 'Sizilianisch für Müssigänger'.

Jeremy Silman, author of 'How to Reassess Your Chess':
"The Lazy Man's Sicilian is fun and offers lots of original positions."

Acclaim for the original German edition:

IM Srdjan Sale:
“Highly recommended for players who like to win with Black!”
  
 IM John Watson, The Week in Chess:
“I can highly recommend this original and diligently-researched book to everyone.”
 
Carsten Hansen, ChessCafe: 
“Well-presented and neatly organized, with a good balance between prose and variations.”

 

Freshman Daniel Pratzer gets a chance to prove himself when the chess team invites him and his father to a weekend-long parent-child tournament. Daniel, thinking that his father is a novice, can't understand why his teammates want so badly for them to participate. Then he finds out the truth: as a teen, his father was one of the most promising young players in America, but the pressures of the game pushed him too far, and he had to give up chess to save his own life and sanity. Now, thirty years later, Mr. Pratzer returns to the game to face down an old competitor and the same dark demons that lurk in the corners of a mind stretched by the demands of the game. Daniel was looking for acceptance--but the secrets he uncovers about his father will force him to make some surprising moves himself, in Grandmaster by David Klass.

 

 

 

In his introduction he explains that the work is aimed at players in the 1600 Elo to 1900 Elo range, and is based on a research he did to identify trends in mistakes made by players of that caliber. Naturally a great many deal with tactical errors, and he acknowledges this, but they are not the only ones by any means, and common positional or endgame mistakes, that even these players should not need to commit, will be covered. The themes are explained with multiple videos, and then tested via quizzes.

The contents is crystal clear as is the structure of the DVD:

01: Introduction - Mitra,R - Sit,V 
Chapter 1: Not admitting a mistake  
02: Video 1 - Kuznetsov,F - Petruchuk,M  
03: Video 2 - Shirshov,N - Nielsen,A 
04: Test - Batchelor,G - Sucikova,S 
Chapter 2: Failed Sacrifices 
05: Video 1 - Galiana Fernandez,A - Antonian,G 
06: Video 2 - Ruiz Escobar,I - Navarro Gonzalez,J 
07: Video 3 - Sarabia Utrilla,J - Pardo Vaquero,I 
08: Test - Beukema,J - Mclaren,C 
Chapter 3: Be aware of opponents threats 
Chapter 4: Standard Endgames  
Chapter 5: Too materialistic 
Chapter 6: Miscalculating forced lines    
Chapter 7: Exchanging Bishops for Knights  
Chapter 8: Pawn Structure 
Chapter 9: Improving worst piece 
Chapter 10: King safety 
Chapter 11: Overestimating opponents plan

 

 Un livre très important vient de paraïtre  : Chess structures du GMI chilien Flores, Quality chess : 28 structures  de pions fondamentales étudiées, 140 parties les illustrant et 50 puzzles positionnels à résoudre, de quoi progresser en la matière ( cf. cours adultes 2015 n°8 ) un complément idéal  à ce cours et qui va plus loin et en plus didactique que le célèbre livre de Soltis.

 

Guided by Structures

Flores Rios, Mauricio. Chess Structures: A Grandmaster Guide. Glasgow: Quality Chess, 2015. 464pp. ISBN 978-1784830007. PB $29.95, currently around $22 at Amazon.

One of the marks of the strong player, as opposed to the novice, is that she knows how to derive some of the positional traits of any given position from its pawn structure. Such knowledge comes from induction and experience, but precisely how one gains that knowledge… well, there’s the rub. A few books – most notably Andy Soltis’ Pawn Structure Chessand, to a lesser degree, Jeremy Silman’s How to Reassess Your Chess – have been written to that end. Now Mauricio Flores Rios has made a welcome and important addition to the literature with Chess Structures: A Grandmaster Guide.

Flores Rios’ book is a collection of 140 games and fragments divided by defining pawn structures. His rationale for writing the book, as explained by GM Axel Bachmann in a Foreword, is interesting. Bachmann explains that when he and Flores Rios were teammates together at UT-Brownsville, they discovered that they had very different approaches to studying chess. Bachmann writes that

Mauricio read books, analyzed his games and prepared openings. I did these things too, but in reality the vast majority of my time was spent looking over current chess games and playing. I was surprised when Mauricio told me he had written a book partially inspired by my training methods, and I was certainly interested to see what was in it.

We might say that Flores Rios’ approach is the classical one, not dissimilar from the methods used by all the great players in the pre-computer era. I imagine Bachmann, in contrast, downloading new issues of TWIC each week and playing through each and every game at high speed, turning on the engine to check a few things, and then retiring to ICC for blitz and some R&R.

Bachmann’s study method is basically that proposed in many places by Jeremy Silman over the years. Play through as many master games as possible, as quickly as possible, and you will begin to pick up typical themes as if by magic. But few people possess the sitzfleisch required to play through so many games, and there’s no guarantee that the conceptual osmosis will take place. So we might see Flores Rios’ book as a middle path, where the Grandmaster selects games that are particularly instructive for typical ideas, analyzes them, and distills them down to the most essential patterns and ideas.

We can break the typical pawn structures in Chess Structures: A Grandmaster Guide down in a few ways. There are five main ‘families,’ for instance: those that come from d4 and …d5, Open Sicilians, Benonis, King’s Indians and the French. Each of those five families is broken down further into 21 categories (with seven additional categories crammed into a ‘catch-all’ section). With each category the defining pawn structure is named and typical plans and ideas are discussed, model games are given, and summaries provided. A set of exercises and solutions round things out.

Let’s take as an example his coverage in Chapter 7 of the Grunfeld Center. It begins with a schematic diagram of the pawn structure in question, and we leave aside for now the question of why the g-pawn remains on g7.

image

As part of his introduction to each chapter, Flores Rios offers summaries of typical plans for each side. Here is what he says about the Grunfeld Center.

White’s Plans

  1. Create a central passed pawn with d4-d5, dominate the center, gain space.
  2. Create a kingside attack, which will probably include the moves h2-h4-h5 and e4-e5 to gain control of the f6-square, which is usually weakened when Black develops his bishop on g7.

Black’s Plans

  1. Create a queenside passed pawn, especially after some simplifications.
  2. Pressure the center, place a rook on the d-file and find tactical resources associated with the open position.

In general White will get pretty good middlegame opportunities since he dominates the center and has a little more space. This advantage disappears rather easily, as the position is open and Black has multiple opportunities to trade off pieces heading into a good endgame. One major factor in this position is control of the c-file. If White controls the c-file it will be easier for him to expand, to create a passed pawn, to neutralize Black’s play. Likewise, if Black controls the open file, White’s central or kingside play will face many difficulties. One may say that open files are always important, which is often true. But in this position the open file is even more important than usual – it is essential.

There are then a series of annotated games that are used to illustrate his main points. In the first of the five games in the Grunfeld Center chapter, Flores Rios makes a point so striking (at least to me) that it is worth another diagram.

image

The reader should examine this position carefully, as there is more than meets the eye. Players of all levels could glance at this position and say, ‘Chances are level.’ Even my engine agrees with this evaluation. In practice matters are not that simple at all. Black experiences some difficulties, as the e7–pawn is under attack, the a6–pawn is vulnerable, and White intends to take control of the c-file. Black could solve his problems by playing two moves in a row: …Qd7 and …Nc4 momentarily blocking the c-file. Having only one move, Kasparov failed to cope with his difficulties, and played…

21…Re8?! In the post-mortem, Kasparov referred to this move as a positional blunder, saying that after losing the c-file his position was ‘completely lost.’ He probably exaggerated, but the point is clear: fighting for control of the c-file is an essential task in this kind of position.

  • A better choice was 21…Nc4! 22.Bxe7 Re8 (22…Nb2? 23.Qd2 Nxd1 24.Bxf8 winning a pawn23.Ba3 (23.Bg5? Nb2–+) 23…Nxa3 24.Qxa3 Rxe4 25.d5 “when White’s position is somewhat easier to play, but Black should be able to hold with care.”;
  • 21…Qb7 22.Qa3 Nc4 23.Qxe7 Qxe7 24.Bxe7 Re8 25.Bc5 Rxe4 “with level chances, though Black will need to be careful after…” 26.d5!?;
  • Black loses a pawn after 21…Qd7? 22.Qa3 Nc4 23.Qxa6

22.Rc1 += A logical decision, taking control of the essential c-file.

This note is typical of Flores Rios’ style and ability. He is very good at explaining what is going on to his audience, who are mostly non-grandmasters and who also tend to rely on engine evaluations a bit too much. These notes are backed up with concrete analysis, and in most cases he hits just the right note when trying to balance brevity and depth of analyzed lines. I also found some of the explanations of endgame positions very useful, with the discussion of the value of space in an endgame from the IQP chapter popping into my head during a few of my own games.

If I had to guess, I’d wager that Flores Rios was consciously trying to emulate his college textbooks when writing Chess Structures. Each game is tagged with a learning objective, and ‘final remarks’ are provided after each game as well. It seems that a lot of thought went into the pedagogical makeup of the book, and that effort has paid off grandly. This is among the best non-beginner works for learning chess that I’ve seen.

Chess Structures: A Grandmaster Guide is not a primer of positional play; for that, try Michael Stean’s Simple Chess, Herman Grooten’s Chess Strategy for Club Players, or Silman’s aforementioned How to Reassess Your Chess. Instead, you might think of Chess Structures as positional chess ‘finishing school.’ Flores Rios does an exceptional job of clearly describing the interrelation between pawn structure and planning, and he offers his readers a stockpile of typical plans and ideas in most of the major pawn configurations. Here’s hoping that this is not the last book we see from this young Grandmaster!

 

  

 

Daniel King: "Power Play 16: Test Your Rook Endgames": A Review

It was a rainy Saturday night at the Portland Chess club. The game between A. Patzer (that’s me!) and his nemesis N. Otherpatzer was nearing its climax. With each player having less than five minutes Patzer was pressing. Against his opponent’s rook and two pawns, Patzer had a rook and four foot soldiers, two of them passed and connected. A few spectators gathered around the board as they knew that a game between the two veterans always promised a good tragi-comedy.

Tonight was not an exception. Otherpatzer managed to exchange his pair of pawns against three of his archrival’s and was now defending a rook and pawn versus rook endgame. But Patzer had no intention of sharing the point with the sweaty man on the other side of the board. A. had worked hard enough to deserve that win. He pushed his last pawn to the seventh and all that he had to do in order to clinch the victory was to somehow take his own king out of the way without being perpetually checked by Otherpatzer’s ugly rook. A. Patzer just started the winning maneuver when his opponent said, “I am sorry.” And moved his rook back to his own first rank.

Before Patzer could understand why Otherpatzer had apologized he heard everyone laughing and realized he had been mated. Patzer, desperate, held his head in hands while Otherpatzer jumped out of his seat and held his feasts up high, proud of his traitorous little swindle. He left the board surrounded by his newly acquired fans while Patzer stayed glued to his chair, unable to move a muscle. Only one spectator, a man of many years with a long white beard stayed behind to console the loser.

It was K. Bitzer, the Portland Chess Club human encyclopedia of good advice. K. moved the pieces a few moves back and then A. Patzer heard the legend ask, “Have you considered Bridge?”

“I tried Bridge,” Patzer said, “but I was even weaker at bridge than I am at chess, if you can believe it.”

“Not the game of Bridge,” K. Bitzer smiled, “the bridge maneuver coming out of the Lucena position.”

“Oh, the Lucena position,” Patzer mumbled, his eyes getting foggy. How many times had Patzer heard that cursed name “Lucena” and how many times had he tried to construct that mysterious “bridge.” Truly, There had been an evening, in March of 1989, when Patzer was sure he had mastered the Lucena position and how to win from it but the next morning, when he had tried to win it against himself he could no longer do it and like Pierre de Fermat’s elegantly short proof of his last theorem, Patzer’s achievement was lost forever.

The famous Lucena position. White wins with 1.Rf4 or 1.Ra1

Fortunately enough, A. Patzer forgets the pain of his losses almost as quickly as he forgets his home preparation and a few days later he was again walking tall and optimistic about his capability of mastering the rook endgames if only he had the right teacher. For this reason, it should not surprise anyone that Patzer was excited to try GM Daniel King’s DVD on rook endgames.

The DVD is made of twenty lessons, averaging around fifteen minutes per lesson and twenty three test positions with videos of solutions. This comes to a total of thirty three videos. As always you also get the Fritz kibitzer so you can stop a video at any point and play a little against the computer to make sure you understand how to win or draw from a given position.

Starting with the introduction, there seems to be a lot to wait for in this product. GM Daniel King is his own usual friendly and charismatic self (If you don’t know his work just google him and find many videos where he annotates top players’ games).

 

Source : chessbase 16 avril. Un DVD important !

 capture122.png (784×419)

A la naissance des tours jumelles, ont leur avait souhaité une « longue vue! »

 

Vingt cinq années après « Les échecs artistiques et Humoristiques » (Grasset 1990), l'auteur, Jean-Claude Letzelter, triple champion de France, a le plaisir de vous informer de la parution du premier tome de son ouvrage « Les Pions qui venaient du froid » Plus de 500 diagrammes ... « C'est une promenade érudite et cependant légère qu'il vous invite à travers historiettes, légendes, parties, problèmes... »(Norbert Engel). (Disponible aux éditions « Le pion passé éditions » 5, rue Vernier 06000 Nice.

Malheureusement, et bien qu’écrit dans l'esprit d'Oscar Wilde: « Il faut viser la lune, car même en cas d'échec on atterrit dans les étoiles », il semble bien que les étoiles se fassent attendre. Aussi, de peur de voir précisément 36 étoiles, en tombant du haut d'une pile d'invendus, l'auteur se sent contraint aujourd'hui de faire sa propre publicité. Peut-être aurait-il dû exiger de son éditeur niçois un pourcentage sur les invendus! En effet, aucune librairie spécialisée: VarianteDamier de l'Opéra et autres …. n'ont passé commande (Pas un seul !). Probablement ne veulent-ils pas faire travailler l'éditeur, qui est lui-même libraire. Cette concurrence acharnée et destructrice entre libraires, même si elle n'est pas dirigée directement contre l'auteur est néanmoins une profonde injustice qui ne laisse aucune chance à l'auteur-compositeur de faire connaître son ouvrage et qui infirme plus de vingt années de travail. Voir, ci-dessous l'un des problèmes de l'auteur.

Pourtant, on le trouve plus abouti que « Les échec artistiques et humoristiques », on apprécie particulièrement les nombreuses anecdotes qui parsèment l'ouvrage au fil des pages. L'auteur se rappelle avoir vendu pas mal d'exemplaires de son précédent ouvrage, lors de sa parution, en 1990, bien davantage qu'aujourd'hui (1). Du reste, sur la durée, il en vend toujours. Il faut dire que dans les années quatre-vingt-dix, les ouvrages sur les finales en langue française n'étaient pas légion. Il y eut Chéron, Halberstad et plus récemment Villeneuve avec son excellent traité en deux tome sur les finales, c'est tout.

L'auteur en profite de glisser un petit mot sur son polar humoristique « La victime n'était pas au rendez-vous », paru en 2013, bien qu'apprécié par tous les acheteurs, et qui est lui aussi passé plus ou moins inaperçu.

Je vous serais donc très reconnaissant, si vous pouviez passer l'information. Merci.

Bien cordialement. Jean-Claude Letzelter

 

 

 

 

Introduction

Page 1

Maître Diemer, en son temps.



mil Joseph Diemer, né le 15 mai 1908 à Radolfzell, apprend le jeu à l'âge de 12 ans. A partir de 1934, date à laquelle il assiste au Match entre Alekhine et Bogoljubov, le jeu prend une autre dimension à ses yeux : « Il faut jouer le plus activement possible et ceci, même avec les Noirs ! » Il enregistre ses premiers résultats convaincants en 1935/36 et 1936/37, remportant le tournoi d'Hastings (lère Réserve). A Podiebrady 1936, il est 2ème derrière Dr. Florian ! Dans l'après-guerre, il participe chaque année au Südbadische Schachkongreß : 2ème à Lindau 1947, 3ème à Constance 1948 (derrière Bogoljubov & Mühlherr !), 3ème à Haslach 1949 (derrière Bogoljubov !).
Puis, dans les années cinquante, il gagne le tournoi de Kelheim (1950), celui de Rheingönheim (1951), la coupe des Pays de Bade (Waldkrich, en 1951 et 53), le Championnat ouvert de Suisse (Zurich, 1952), le tournoi de Kampen 1952, le Ch. du Club de Rastatt avec un score éloquent : 21 points sur 21 possibles ! 
1956 est l'apogée de sa carrière : ler à Beverwijk, à Rapperswil, à Kampen (Ch. ouvert de Hollande); 2ème aux tournois de Thun (Ch. ouvert de Suisse) et de Genève (derrière O'Kelly !). C'est aussi l'année de la parution de l'ouvrage qui le destinera à la postérité :Vom ersten Zug an auf Matt !
En 1957, il l'emporte encore à Arnhem (Pays-Bas), à Dordrecht et à Zwolle. En 1959, il remporte le « tournoi des Nations » (Luxembourg)... avec l'équipe de France !
Dans ces mêmes années, il parcourt l'Europe, donnant de nombreuses « conférences » et séances de simultanées : Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, Suisse. Il fait même quelques apparitions en Suède !
Dans les années 1960-70, il ne joue guère que 2 ou 3 tournois chaque année, se consacrant au jeu par correspondance (tournoi mondial voué au B.-D. G., 1967-75).
Dans l'ultime décennie de son existence (il meurt en 1990, à l'âge de 82 ans), Diemer fit quelques retours sur l'avant-scène, dont le dernier en 1984 (8 ou 9 tournois) où il expérimenta un gambit facétieux qui s'avéra être un début remarquable d'efficacité entre ses mains, 1. Cf3 g5 !


ès les années trente, Diemer met le doigt sur les possibilités offensives offertes par le Gambit Blackmar (1.d4 d5 2.e4 dxe4 3.Cc3 Cf6 4.f3) et n'aura de cesse de l'explorer. De sorte qu'aujourd'hui, aux yeux de tous, les deux acronymes EJD et BDG demeurent indissociablement liés !
Cependant, ce dont il s'agit avec un tel gambit, pour le Maître en personne, est (surtout) la façon de jouer, impliquée par le fait de donner un ou deux pions dès le début des hostilités, pour l'attaque de Mat ! Diemer explicitait lui-même :


Page 2


       « Beaucoup de mes adversaires, maîtres comme amateurs, sont de l'avis qu'émettait Maître L. Rellstab en 1951 : "Diemer ne sait jouer qu'avec un pion en moins. Il n'y a qu'à répondre sur 1.d4 par 1...d6 ou 1...g6 ou encore 1...c5 et la partie sera déjà à moitié gagnée contre lui." Cette erreur est facilement explicable. Après avoir ignoré ou passé sous silence mon Gambit, ils sont maintenant obligés d'avouer qu'il existe, malgré tout, quelque chose comme le Gambit Blackmar-Diemer. Et personne ne conteste plus que je suis dans cette ouverture l'expert absolu. Mais jusqu'alors, peu nombreux sont ceux qui ont compris que ce gambit signifie beaucoup plus que la possibilité d'ouvrir avec le plus de chances dans le sens de mon Système. Le Gambit Blackmar-Diemer n'est actuellement plus rien d'autre que l'accoucheur de ma (nouvelle) Méthode de jouer aux échecs, de penser les échecs. Presque imperceptiblement s'est dégagé de mon système, cette connaissance : Ce qu'on est obligé de faire en jouant le Gambit Blackmar-Diemer —jouer pour mater dès le(s) premier(s) coup(s), parce que l'on a engagé dans l'affaire un ou deux pions —, on devrait le faire dans toutes les autres ouvertures, avec les Noirs comme avec les Blancs. » (in L'Echiquier de Turenne, Août 1957, n° 25).

Il écrivait déjà dans son Die Blackmar Gemeinde (1955-56) :

       « C'est une superstition très répandue de croire que je ne sais jouer que le Gambit Blackmar-Diemer. L'important n'est pas l'ouverture dans une partie, mais sa Conception (avec la visée sur le Roi adverse). »


'autre part, on entend souvent dire qu'un tel tacticien n'a pu réaliser de telles prestations que face à une moindre opposition. Là encore, il faut réévaluer cette idée. Loin de proposer une liste exhaustive de ses victoires, je signale quelques adversaires qui, bien que « titrés », furent malmenés par Altmeister Diemer :
Maîtres Dr. Alekhine (Simul.), Dr. Bachl, Dr. Bergsma, Bhend, Blau, Bogoljubov (Simul.), Bozic, Cortlever, Crabbendam, Darga (Simul.), Durao, Feigin, Ferrantes, Dr. Florian, Van Geet, Gereben, Jovanovic, Johner, Kérès (corres.), Kieninger, Kupper, Dr. Lauterbach, Lehmann, Dr. Limbos, Matulovic, Pavlovic, Perez, Sämisch, Van Scheltinga, Sutterer, Tabe Bas, Wagner (corres.), Walther, Wotkowski, etc.

Ainsi, il faut cerner avec justesse ce qui caractérise le style de jeu de Diemer, au delà d'une simple variante d'ouverture, même s'il est vrai qu'elle contribua à sa notoriété ! C'était un joueur brillant à l'extrême, au jeu outrancièrement offensif, fait de trouvailles fabuleuses, de gambits tonitruants et de nombreux sacrifices ingénieux et (d)étonnants.
Bref, un électron libre dans « l'institution » des Maîtres de l'après-guerre... Un joueur pour anthologie de Prix de Beauté !



Page 3



'ouvrage dont vous disposez ici, Emil Joseph Diemer (1908-1990), missionnaire des échecs acrobatiques, a pour principal objectif de proposer à l'admiration des Amateurs les prouesses échiquéennes de l'un des plus fascinants joueurs romantiques de cette seconde moitié du siècle ! De présenter quelques bons exemples parmi une kyrielle de prestations méconnues ! Mais, il y a plus : Diemer est un analysteet vous découvrirez des lignes de jeu qu'il pratiqua avec une conception évoluée des positions obtenues. Diemer est un gambitiste inventif et se trouve, de fait, en position de chef de file des échecs risqués : Vous découvrirez des lignes de jeu inusitées, mais qui méritent attention. Et puis surtout, Diemer voua le talent de sa plume et la verve de ses paroles militantes à la 'culture' échiquéenne, multipliant articles, lettres ouvertes, brochures et ouvrages en direction des amateurs.

Pour autant que vous prendriez grand plaisir à parcourir ce livre, le mérite en reviendra d'abord, je crois, à cette prose combative et luxuriante du « Prophète de Muggensturm » !





 

 

 

Une alternatince a la revue EE puisque en langue française mais revue semestrielle : 5,50 € : chess anyone

 

 

 

 

Un manuel de finales pour les enfants par le grand Karsten Müller.

 

Most chess games are decided in the endgame. It is here where you reap the reward for your good play, or else use all your cunning to deny the opponent victory. Knowing just a few key endgame techniques will dramatically increase your confidence, as you will understand what positions to aim for and which to avoid.

Starting with the basic mates and the simplest pawn endings, this book provides all the endgame knowledge that players need to take them through to club level and beyond. Müller carefully guides us step-by-step through a fascinating range of endgame tactics and manoeuvres, helping us understand the underlying logic.

Throughout the book, many cunning endgame tricks are highlighted. You will have fun springing them on friends, family – or your opponents in serious tournaments. Chess Endgames for Kids makes learning chess endgames fun. But it is also a serious endgame course written by a leading endgame expert, and provides a firm basis for vital skills that will develop throughout your chess career.

German grandmaster Karsten Müller is arguably the world’s foremost writer on chess endgames. Whenever an interesting endgame occurs in a high-level game, the chess world knows that it will soon be dissected and explained by Müller. Whether writing for a low-level or high-level audience, his infectious zeal for the endgame shines through. His ‘masterwork’, Fundamental Chess Endings (co-authored with Frank Lamprecht, and also published by Gambit) is a modern endgame ‘bible’ and was studied intensively in his youth by current World Champion Magnus Carlsen.

 

Andrew Soltis: Soviet Chess 1917-1991

"Soviet Chess 1917-1991" is the reprint of a classic, which was first published in 2000. On 450 pages the US American grandmaster Andrew Soltis, born in 1947 in Hazleton, Pennsylvania, presents a chronological overview of Soviet chess history, from the October revolution 1917 to the collapse of the Soviet empire 1990. A fascinating story with many fascinating stories to which Soltis adds a large number of games. Soltis manages to bring many characters of Soviet chess history such as Botvinnik, Bronstein, Smyslov, Tal, Petrosian, and others to life. Their fascinating stories are part of the history of Soviet chess which they helped to shape.

The first of the old Soviet masters, whom we meet in Soltis' book is Alexander Fydorovich Ilyin-Genevsky, who gave one variation of the Dutch Defense his name. In World War I he fought in the army of the Csar, was heavily injured, and later - because he was a revolutionary - went to Switzerland into exile. After the October revolution he returned to St. Petersburg and in 1917 he already took part in a tournament at the chess society St. Petersburg. Chess culture also survived in Moscow where the turmoil of the revolution had destroyed almost the entire infrastructure. Chess fans in Moscow played in a cellar, lit by candles.

From this more than modest beginnings the "Soviet School of Chess" emerged. One person who played a crucial role in that process was the People's Commissar of Justice Nikolai Krylenko. Eight years after the revolution, in 1925, the first big international tournament took place in the Soviet Union. Soltis tells the story of this tournament and the stories of the following tournaments. Soltis allows the reader to witness the rise of Soviet chess - which runs parallel to the rise of the Soviet empire.

Many Soviet masters died on the battlefields of WWII and many vanished before in the "Great Purges". However, the Soviet power as well as Soviet chess emerged strengthened from the war and Soviet players subsequently dominated world chess in an impressive way - only disturbed and interrupted by the short reign of Bobby Fischer. Karpov, Kasparov, and Kramnik were the last champions which grew up in the Soviet Union. With the collapse of the Soviet empire the Soviet chess factory that had turned countless talents into masters came to an end.

Andrew Soltis' book portrays a fascinating and unique chapter of chess history. Nowhere else and never before has chess played such an important role.

Andrew Soltis: Soviet Chess 1917-1991
McFarland&Co, Jefferson, Reprint 2015

 

 

 

Il est sorti !

Ce deuxième tome de "Vive les échecs" du pédagogue Philippe Pierlot s'intéresse aux champions avec de nombreuses biographies et à la table ECO des ouvertures avec un historique documenté de chaque variante et sous variante ! De nombreuses  photos inédites.

Original et très bien documenté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le livre de R Edouard vient de sortir en langue anglaise : il traite de l'erreur aux échecs, vaste programme ..

Romain Edouard a publié il y a quelques semaines son premier livre, « The Chess Manual of Avoidable Mistakes » (le manuel d'échecs des erreurs évitables). Le Grand Maître français nous présente cet ouvrage et évoque son actualité.

 

Le tome 2 qui propose des exercices vient de paraître un an après le tome 1 : présentation      ici

 - Ton livre vise à aider les joueurs de tout niveau à progresser en évitant les erreurs les plus courantes. Quelles sont-elles selon toi ?

En effet, un grand nombre d'erreurs peuvent être limitées aux échecs en appliquant certaines règles et en ayant simplement quelques exemples en tête. Mon livre traite de l'objectivité durant une partie d'échecs, des causes principales de grosses erreurs, de la méthode de jugement des coups concrets et/ou concessions sur l'échiquier, en passant par quelques conseils sur les méthodes de travail ou encore la gestion des zeitnot. Tous les joueurs pourront y trouver leur compte, quel que soit leur niveau, sauf les véritables débutants.

- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ce livre ?

J'ai toujours aimé écrire (d'ailleurs les lecteurs de la revue Europe Échecs le savent bien !) et j'ai aussi la volonté de me diversifier professionnellement tout en restant dans les échecs.
J'adore jouer et j'y consacre la majeure partie de mon temps, mais je ne voudrais pas faire que ça afin d'éviter la monotonie. Un contrat m'a été proposé par une nouvelle maison d'édition très ambitieuse et je l'ai accepté.

- Dans ton livre, tu insistes sur la nécessité d’être toujours exigeant avec soi-même. Éviter les erreurs techniques commence par adopter une certaine approche mentale ?

Chaque joueur a un certain niveau de jeu qui implique de commettre plus ou moins d'erreurs, celles-ci ne faisant pas partie des « erreurs évitables ». En revanche, un joueur de n'importe quel niveau commet un certain nombre d'erreurs en plus de celles qu'il devrait commettre. En effet, ces erreurs sont à 90% d'ordre mental (objectivité, confiance et concentration étant les trois clefs de la boîte au trésor).

- Tes parties servent d'exemples et d'illustrations à l'ouvrage. Analyser ses parties d'un œil critique est important ?

Il est très important d'être critique avec soi-même, mais en l’occurrence, le choix d'utiliser en grande majorité mes propres parties est dû au fait qu'il s'agissait de la seule façon de mettre par écrit les choses que je voulais expliquer aux lecteurs. Il s'agit d'expliquer les erreurs du point de vue psychologique et mental. Si j'avais utilisé les parties d'autres joueurs, j'aurais été forcé d'extrapoler un certain nombre de choses puisque je ne suis pas dans leur tête.

- Comment un GMI à presque 2700 peut-il identifier et corriger ses faiblesses ? Et peut-il le faire seul ? Est-ce transposable aux joueurs amateurs ?

Un niveau de jeu peut toujours être amélioré. N'importe quel GMI, par un travail objectif, seul ou accompagné, peut identifier et corriger un certain nombre de ses faiblesses. Toutefois, en
connaître la démarche apportera peu aux joueurs amateurs, pour la simple raison qu'une progression doit se faire par étapes. En revanche, les fautes liées au mental commises par un GMI et par un joueur amateur ont énormément de points en commun, et les méthodes pour s'améliorer sont « transposables » à quiconque avec une bonne pédagogie.

- Pour l'instant, ton livre n'est disponible qu'en anglais. Une version française est-elle prévue ?

C'est envisagé, mais évidemment c'est une question strictement liée au marketing. Déjà une assez grande partie des livres imprimés en anglais a été vendue. Je pourrai en dire davantage d'ici quelques mois.

- As-tu prévu d'écrire d'autres livres prochainement ?

J'écrirai sans doute un second livre d'ici fin 2015.
 Source : europe echecs 

 

Comment mûrir son style aux échecs est un excellent livre pour travailler et progresser. L'auteur est l'excellent pédagogue J Silman, et le livre vient d'être traduit en français et entièrement réactualisé

 

 

Le traité complet du hérisson est une somme monumentale Deux tomes : 1200 pages ! sur cette ouverture, ou plutot cette philosophie de jeu, par un expert amoureux de la bête. Un livre phénoménal qui vous fera progresser dans votre compréhension des échecs. 

 

 

 

Les plus belles parties du plus grand ? En tout cas un régal. Depuis ces livres, Le grand Gary est revenu sur sa ca

rrière et ses parties dans sa série de livres sur ses prédecesseurs et soi meme.

Beaucoup de parties très instructives analysées en détail et classées par thèmes d'attaque. Un grand livre qui donne envie de jouer,pour attaquer,  par un excellent auteur.

 

La meilleure biographie echiquéenne que je connaisse  avec celle de Tal : on y trouvera non seulement les meilleures parties de l'artiste, mais aussi des interviews, ses compositions, l'histoire de la genèse de son fameux gambit, et de nombreuses photos , le tout dans un superbe livre relié de plus de 600 pages !

 

Avec cette Biographie de Tal sous forme d'interview imaginaire !

 

Pour ceux qui aiment le style du vainqueur de Karpov avec les N. avec 1.e4 ...a6 !

 

 

Le plus clair,  le plus complet,  le plus profond, le plus rigoureux, le plus didactique, en bref : le meilleur livre sur les finales que je connaisse.

 

 

Le plus grand livre de tournoi, un véritable manuel en plus vivant sur le milieu de partie a l'aube des échecs modernes, vous assisterez a la naissance des est-indiennes et autres benoni modernes.

 

J. Rowson est un auteur original et profond. Son livre précédent : Les sept péchés capitaux ( disponible au club ) vaut le détour. Celui ci vous plaira tout autant si vous êtes un drôle de zèbre. Si vous avez trop de certitudes sur les échecs par contre, laissez le à d'autres esprits plus curieux.

 

 

Juste pour le plaisir et la beauté dans toutes les variantes du jeu : compositions, études, problèmes,parties etc...

 

 

Résoudre des problèmes tout en s'amusant car les commentaires de l'auteur ne manquent pas de piquant.

 

 

Pas beaucoup de livres sur le sujet et celui ci est très bon.

 

 

Apres cette lecture indispensable, vous n'ignorerez plus pourquoi 18.Ch1 ! de Niemzowitsch fut considéré  par François Le Lionnais comme "le plus terrible coup d'attaque du monde !" dans une partie Niemzowitsch - Rubinstein .

 

 

Rien que pour la partie 16 !! mais il y en a tant d'autres de ce fils de Tal ! Alors , qu'attendez vous ?

 

 

Un bouquin sérieux pour une ouverture originale. Tremblez siciliens !

 

 

L'un des tournois les plus célèbres, parties annortées par sa majesté Alekhine en personne. A lire avec "New York 1924" du même auteur.

 

Analyses de très haut vol ! mais quel bonheur, une fois la difficulté surmontée !

 

 

Avec celui la, on peut vraiment améliorer son jeu stratégique et positionnel. Il est clair et didactique.

 

On a demandé récemment a Grischuk comment faire pour progresser. Il a répondu : "Personnellement, j'ai lu dix fois de suite cette série sur les champions du monde qui ont précédé Gary Kasparov". Bon sans aller jusque là, on aura tout intérêt à la lire au moins une fois, ce qui représente déja environ 2000 pages et quelques heures de bonheur !

 

 

L'insatiable et  prolifique Kasparov poursuit pour notre plus grand bonheur son exploration des échecs modernes : Une plongée dans les années 70 et 80, révolutioinnaires à bien des égards : naissance du hérisson , de la sicilienne Cheliabinsk etc, dans le tome 2, c'est son premier et si dramatique match contrte Karpov qui est sous les feux de la rampe.

 

 

Tous les livres de Bronstein sont intéressants, à fortiori quand il commente lui même ses plus belles parties comme la mythique Bronstein-Ljubojevic : Portoroz 1973 !

 

 

Un classique et qui n'a pas pris une ride. 

 

IL est au club, et il nous fait réfléchir sur nos faiblesses humaines ! un très bon livre, et très utile pour se remettre en question.

 

Une méthode pour mieux aborder cette phase délicate sans gaffer !

 

 

Un très bon manuel de milieu de jeu.

 

 

Celui ci est balèze mais illustre merveilleusement bien ce que Dorfman nomme une position "dynamique"

 

 

Une excellente bio sur la meilleure période du joueur Niemzowitsch.

 

 

A vous de jouer et de résoudre les problèmes posés par Larsen. Classés en trois sections, tactique, position et technique, un très bon livre  digeste pour travailler intelligemment.

 

 

Nous avons tant d'idées reçues la aussi que ce livre donnera un bon coup de balai !

 

 

Une très bonne bio du tombeur de Kasparov.

 

Un classique pour les inconditionnels de l'artiste.

 

Un très bon manuel pour les jeunes débutants à l'usage des animateurs.

 

Les meilleurs parties du Poulidor des échecs !

 

Pour les finales de Tours et de Pions en français, il n'y a rien de mieux.

 

Un bible pour les problémistes

 

Un cours d'échecs très original puisque conçu a travers l'étude exclusive des parties de l'immense Emmanuel Lasker.

 

 

Comme son nom l'indique, il est complet ! Donc si vous deviez partir sur une île déserte et n'emporter qu'un seul livre, je vous conseille celui là.

 

 

Des puzzles pas si simples, nice tactics !

 

Un classique indispensable.

 

 

La crème de la crème ( selon Prié ) : les 1000 plus belles parties du jury de l'Informateur depuis 1966.

 

 

Un classique disponible au club.

 

 

Un défense moderne originale.

 

 

Un classique sur le Gambit Benko

 

 

Ah les escapades parisiennes de David  malgré la guerre froide avec Bouton et François le Lionnais !

 

 

Agenda 2017-2018

 

 

Tournoi des Gambits R1

Mardi 17 octobre 

 

Rapide de St Aignan :

Dimanche 15 octobre 

 

Tournoi interne : R2

mardi 7 novembre 

 

Rapide des samedis  :

R3 le 18 novembre 

 

Nationale 4 : R2 19 novembre

 

Championnat 

 

départemental

 

 

des jeunes

 

Dimanche

 

 

26 novembre

 

 

Nationale 4 : R3

dimanche 3 décembre

 

Coupe Loubatiere

A St Laurent

dimanche 10 décembre  

 

Nationale 4 : R4 

dimanche 17 décembre

Tournois annoncés

 

  

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 




Powered by @.L.I.M.A.!®